top of page

Le chat de gaza

Dernière mise à jour : 8 avr.

Laf cherche quels choix faire dans la vie, chien-guide, acteur, animal politique. Il fait comme d’habitude la critique de la façon dont les hommes utilisent les animaux à leur profit ; il souhaiterait tant pouvoir vivre en harmonie, en bonne entente avec eux, car ils sont si semblables, des êtres qui ont envie de vivre et d’être heureux.


Le Chat, Giacometti

Dédicace : Aux animaux maltraités, euthanasiés « parce qu’ils ne servent à rien » et à tous ceux qui sont victimes de la guerre des hommes.


Je fais mes choix. Je veux être guide d’aveugle et acteur. Je suis Snoop, je suis le chien guide de Daniel. Je mets mes pattes sur les aspérités près du feu rouge et la voix surgit de nulle part : « Place du Parlement, place du Parlement, place… » Je sais à l’ouïe que je peux traverser, mais j’ai déjà vu qu’il n’y a pas de voitures, patate. Je fais ce choix et je rêve d’être acteur. J’ai passé des castings, mais je n’ai pas été retenu comme Messi. Dur, dur d’être acteur canin, il faut savoir aboyer et se taire sur commande du metteur en scène et il faut savoir faire le mort. J’aime pas ça. Bon, Messi a obtenu la Palme Dog. Chapeau l’artiste qui a reçu un prix indépendant pour récompenser la meilleure performance canine au cinéma !


Le chien choisirait-il d’être un chat ? Vous avez vu comme le chat de Gaza de Giacometti est maigre ! Affamé ! Ils n’ont plus rien à manger dans la bande et se baladent en bandes avec les chiens errants. Il n’y a plus de souris et plus d’eau. Ma chatte de Gaza, ma gazaouie, ma gazoute, je t’aime.


Et le Chat pourvoyeur de drogue, go fast, grosses voitures, a été arrêté et est derrière les barreaux. Le Felix chef du clan Yoda et animateur d’une spirale de vendetta, lui, pas le défendre. Les chats aussi font leur cinéma. Je suis allé voir l’exposition de peinture de Gilles Aillaud au centre Pompidou. Il peint des animaux, « parce que je les aime », dit-il. Il s’intéresse à la manière dont les hommes nous traitent, surtout « les affres que nous leur faisons subir ». Cette exposition s’appelle « Animal Politique ». Dans ses peintures, les animaux sont enfermés derrière des grilles, comme le chat Yoda, et mis dans des zoos. Fait-il écho à « Surveiller et punir de Foucault » ? Les prisons sont-elles des zoos ? Il faut que les animaux et les hommes se fondent dans le paysage. Il paraît que les clodos parisiens sont emmenés en bus en province pour dégager Paris de vues et d’odeurs embarrassantes pendant les Jeux Olympiques. Est-ce possible ? L’animal est politique, alors ? L’homme impose sa violence à la nature et au vivant. Le rhinocéros est dans la fosse. Trump l’éléphant, participe à la chasse aux rhinos, je crois. Pourtant, les rhinocéros sont beaux. Les humains sont jaloux et, l’heure est, non pas à l’anthropomorphisme, mais à l’animalomorphisme.


Ionesco l’a écrit :

«  Ce sont eux qui sont beaux. J’ai eu tort ! Oh ! comme je voudrais être comme eux. Je n’ai pas de corne, hélas. Que c’est laid, un front plat. Il m’en faudrait une ou deux, pour rehausser mes traits tombants. Ça viendra peut-être, et je n’aurai plus honte, je pourrai aller tous les retrouver. Mais, ça ne pousse pas. Mes mains sont moites. Deviendront-elles rugueuses ? J’ai la peau flasque. Ah ! ce corps trop blanc, et poilu ! Comme je voudrais avoir une peau dure et cette magnifique couleur d’un vert sombre, une nudité décente, sans poils, comme la leur. »

Rhinocéros


Quant au chat GPT, j’ai fait sa connaissance au Salon de l’agriculture, le zoo des hommes politiques qui divaguent entre les calmes vaches. Les animaux regardent les hommes et leurs culs et leurs comportements étranges.


Je vous fais écouter le chant pour Oreillette, La Tchoucrav’. Je veux faire le choix d’être comme elle une égérie. J’ai déjà les mêmes couleurs de robe : blanc, marron clair et marron foncé. Elle a des lunettes noires autour des yeux. Moi, j’ai des lunettes de soleil. Elle pèse 800 kilogrammes, la belle. Moi, 20 kg tout mouillé. La Normande est calme. Elle a déjà vêlé. Il ne faut pas accoucher au salon. Ça dégoûterait l’homo politicus. Elle est traite tous les jours. Avec son lait, elle produit 10 camemberts et demi par jour ! Egérie et producteur de fromages, je veux. Mais, Oreillette est nulle en cinéma. Pour son film de présentation du Salon, dont elle est la vedette, on a essayé en vain de la faire courir. Impossible. Alors que moi, je gambade comme un enfant atteint de TDAH (c’est à la mode). Heureusement, ma maîtresse ne m’a pas fait passer les tests Diva. Il faut être un animal cool et calme pour supporter les visiteurs du Salon. En fait, ça ne m’intéresse pas.


Je vois passer le chat GPT. Que fait-il à la ferme ? L’IA (intelligence artificielle, pour les nuls), peut-elle soulager les agriculteurs ? Vous êtes fous, non ? Les pauvres agriculteurs se suicident tous les deux jours, parce qu’ils ne sont plus libres de travailler leurs terres, d’élever leurs troupeaux avec leur savoir et leur instinct. Les saisons, le lien avec la plante et l’animal, la terre, on n’en veut plus. C’est un mec qu’on ne voit pas qui lui voit l’agriculteur et lui dit : « Demain, tu sèmes. » Et si le temps ne le permet pas, si on ne le sent pas ? Amende. La haie pas taillée. Amende. Ils te regardent de là-haut, avec des satellites. Dieu. Alors, le chat GPT à la ferme ? Le premier hackathon est dédié à l’IA dans une « ferme digitale » avec à disposition le modèle open source Mixtral 8x7 B. Allez-y, construisez des applications pour les paysans. Ils sont idiots, vous ne le savez pas ? Faites une application pour qu’ils décryptent les normes et les réglementations. Françaises et européennes. Trop cool ; ils ne savent pas remplir les formulaires en ligne et les dossiers de subventions. Le chat va les aider. GPT va gérer les troupeaux à la place des chiens bergers et des patous. Il va commander des robots pour la récolte des tomates. Où vont passer les travailleurs saisonniers, ceux que l’on traite comme des animaux dans le Sud ? L’IA générative décide de la date des semis, récoltes, irrigations… Plus besoin du savoir et de l’instinct des paysans. Encore un bien intentionné pour faire une start-up agritech ! Les idées ne manquent pas pour faire du business. Les idées ne manquent pas aux hommes pour faire de l’argent. Un pognon de dingue, comme dirait l’autre. Je suis décroissant et je veux rester nature comme ma grand-mère qui élevait ses brebis sans chat. En plus, le chat GPT a besoin de puces. Le géant de l’IA Nvidia fabrique même des superpuces ! Blackwell pour révolutionner l’IA avec des petites bêtes qui adorent les chats et les chiens. Moi, on me dépuce régulièrement. « Caresse de chien donne des puces », dit le dicton.


Foin de l’agriculture ! Je vais m’orienter vers quelque chose de plus moderne. Je vais m’entraîner à devenir un pro-gamer. Je veux être l’égal de Peanut Butter, un shiba qui a été capable de terminer sans assistance le titre Gyromite, un jeu de plateforme NES sorti en 1985, lors d’une compétition de speedrun. Aucun règlement n’interdit à un chien de participer à une compétition humaine et de faire du speedrun. Moi, j’ai aussi une manette personnalisée avec 4 boutons. Le chiot Peanut a été entraîné par JSR. Peut-être qu’on va m’emmener à la compet’ et que je vais gagner !


Je fais le choix de ne pas me faire mettre d’implant. Un être humain vient de recevoir un implant de Neuralink. Ouh ! Il a pu contrôler une souris d’ordinateur par la pensée. Depuis 2016, ces dispositifs implantables veulent créer des interfaces cerveau-machine afin de faire des « humains augmentés ». Telepathy est un implant composé de 64 fils munis chacun de 16 électrodes souples, posé dans le cerveau à l’aide d’un robot chirurgical. On enregistre les potentiels d’action des neurones unitaires, qui, décodés, permettent d’effectuer des tâches par la pensée, sur un clavier ou un téléphone. L’essai est validé par la FDA sur l’homme. Et nous, pauvres cobayes ! Des singes ont été utilisés pour les essais, mutilés et euthanasiés, après d’autres animaux. J’espère ni des chiens, ni des chats. Mon œil ! Les animaux sont utilisés pour une ambition transhumaniste. Le singe contrôle un bras robotisé grâce à un dispositif dans le cortex. Bon, on fait remarcher les paralytiques. Moi, je ne veux pas être implanté, alimenter un neuro-business, que l’on ait accès à mes pensées intimes ; ce serait la fin de mon intimité.


Les animaux sont donc au service des hommes. Ils sont victimes de leurs folies. Ils partagent leurs histoires et sont leurs compagnons. Les avions qui partaient de Russie pour l’exil avaient leurs soutes pleines de chats et de chiens. Ils rassurent leurs maîtres et comprennent leurs peines. Foin d’anthropomorphisme. Plutôt, la tentation de faire partie du règne animal. Amélie Nothomb veut voler comme un oiseau dans « Psychopompe ». Le film « Le règne animal » présente des hommes à qui il pousse des ailes, des poils, des truffes, des griffes. No comment.


Djadja, c’est un mec qui raconte des salades sur les filles. Il leur dit, « tu dead ça », tu le fais trop bien, ce que t’as fait, c’est un truc de fou, de ouf. Quoi, en catchana. L’homo politicus qui s’appelle « Pig » a dit que c’est une levrette. Un coïtus more ferarum, « comme les animaux le font ». Aristophane, vers 231, évoque « la lionne sur une râpe à fromage », le kamasutra, « le congrès de la vache ». En anglais, «  Doggy style », ou la position du chien, on y est ; et en Italie « a pecorina », c’est-à-dire, « comme les brebis ». Tout ça sans puces.


Cet article a été écrit sans l’aide de l’IA par un chien.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

댓글


bottom of page