Chez le psy: Les pervers narcissiques

Mis à jour : mai 22

Laf ne veut pas faire de psychanalyse.



Aujourd’hui, le psy porte un costume clair. Chaussettes marron, chaussures jaunes. Beurk !!

J’écoute d’une oreille sous le bureau. Relents d’odeurs de cuisine, venant de l’autre côté du couloir.


La maîtresse :

– Je suis très inquiète car Laf fait beaucoup de cauchemars. Quand il dort, il bouge et remue les pattes arrière en respirant fort. 


Laf lève le cou et fulmine :

– J’ai horreur qu’elle parle de ma vie intime.


Elle reprend :

– Il a été traumatisé par ce fait divers concernant un homme qui a tué toute sa famille, y compris les chiens. Depuis, il a peur des pervers narcissiques.


Le psy ne bronche pas :

– Les pervers narcissiques, ça n’existe pas. Ce n’est pas dans le DSM [1]


Le chien :

– Oh la honte, la honte soit sur lui. Et dire qu’il nous a déjà fait un discours sur la honte et la culpabilité. La honte c’est quand il s’aperçoit qu’il a mis deux chaussettes différentes.


Moi je sais :

– Quand ma maîtresse parle de ma vie intime, j’ai honte. Je me mets dans un trou de souris.

– Quand je vole un morceau de pain, je me sens coupable… pas trop… j’ai envie de recommencer !

[1] Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders publié par la Société américaine de psychiatrie, ouvrage de référence qui classifie les troubles mentaux

10 vues

© 2020 chroniquedechien.com

  • Icône Facebook noir
  • Icône Twitter noir
  • Icône Pinterest noir
  • Icône Instagram noir