Séance masquée chez le psy: Covid

Lorsqu'il apprend que des chiens sont formés pour détecter des humains atteints du SARS-CoV-2, Laf se met à rêver de faire partie de leur brigade de chiens renifleurs.


Ma maîtresse et moi attendons sagement, gestes barrières obligent. La petite chienne sort. Ciel, elle est masquée! Pas le temps de la saluer que le psy nous invite à suivre le chemin tracé sur le sol avec des bandes de plastique collées. J'évite soigneusement de marcher sur les bandes; je les saute. Je renifle, à droite, à gauche, dans les coins. 


- Mais qu'est-ce qu'il a ce chien à renifler comme ça?


Je suis un chien renifleur. Je veux apporter ma contribution à la lutte contre la pandémie. Il n'y a pas besoin de me dresser, je sais faire. Bon, aucun virus dans l'air. J'avoue que je n'ai encore jamais senti de virus. A quoi ça sent un virus? Ah, non, c'est l'odeur des gens qui ont un virus qui sent.


Je m'installe sous le bureau, sur un petit tapis à usage unique. Moi aussi, suis-je un contaminateur? Un R0 ou un R1 ou 2 ou 3 ou un supercontaminateur? j'ai surtout peur d'être contaminé par les bisous. Je renifle encore: odeur de cuir, de chaussettes, bas du pantalon... Je suis d'une race à l'odorat très développé. On aurait pu m'inclure dans une brigade... Oh, zut, je m'endors d'un œil.


Laf rêve de l'odeur des maladies virales. Il aimerait faire partie de la brigade des "chiens d'utilité". Ce sont des super-héros, ces chiens de dépistage olfactif! C'est facile. Après un dressage d'une semaine, je serai capable de savoir si la sueur des aisselles d'un individu sent le virus. A moi, la bibliothèque d'odeurs! A moi, ces odeurs délectables! Je participerai à un essai randomisé avec des odeurs de sueurs de personnes malades, non-malades et des placebos. Plus fort que l'hydroxychloroquine! J'ai un odorat exceptionnel avec 225 millions de récepteurs olfactifs. Le beagle est l'un des champions de l'odorat avec les collègues malinois et labradors. Peut-être pas très costaud, mais capable de détecter des produits agricoles interdits dans les aéroports. J'ai envie de flairer des gens et d'être utile. Je travaillerai dans les queues des supermarchés... Oh, non, je ne veux pas quitter ma maîtresse pour suivre l'entraînement! 


- Madame, lavez-vous les mains avec du gel hydro-alcoolique.

- Avez-vous un masque propre, sinon je vous en donne un? La boîte est sur le bureau. L'avez-vous bien mis?


Il a peur ou quoi, ce snob?


Ma maîtresse:

- Docteur, je suis inquiète. Ce virus me crée beaucoup de soucis. Je nettoie mes courses. Je dépose les paquets dans l'entrée. Je ne m'en occupe que le lendemain. Je lave les blisters. Je manipule avec des gants de vaisselle...et bla bla bli et bla bla bla.


J'ouvre mon œil.

- Et pour Laf, j'ai mis un seau dans l'entrée. Je le remplis d'eau chaude avant de le sortir et j'ai déposé à côté une éponge et une serviette. Quand nous rentrons de promenade, j'enlève mes chaussures. J'immobilise le chien. Il obéit aux ordres, sauf au "couché". 

- Assis, Laf!

Je lui nettoie les 4 pattes avec l'éponge et je l'essuie avant qu'il ne fuit derrière le canapé. J'espère que cela suffit.


Oh, la honte sur moi! C'était donc ça, le lavage des pieds! Moi qui me prenais pour le Christ auquel les Apôtres lavaient les pieds. Elle ose raconter ça!


La maîtresse:

- Docteur, est-ce que je suis névrosée?

Le chien:

- Docteur, est-ce que je suis névrosé quand je rêve d'appartenir à la brigade des chiens renifleurs Covid-19 pour sauver ma maîtresse?

Je serai le traçage StopCovid à moi tout seul.


16 vues

© 2020 chroniquedechien.com

  • Icône Facebook noir
  • Icône Twitter noir
  • Icône Pinterest noir
  • Icône Instagram noir